L’Arabie saoudite / Le projet Miksa

Estimé à 7 milliards d’euros, le contrat « Saudi Border Guards Developpment Project », nom de code Miksa, avait pour objectif de sécuriser les frontières d’Arabie saoudite. Une première tranche de ce marché a finalement été obtenue par EADS en juillet 2009. Dans sa version initiale, il comportait la livraison d’hélicoptères, d’avions, de radars, de systèmes de communication ultra-sophistiqués... Ziad Takieddine devait toucher en 2003 des commissions occultes d’un montant de 350 millions d’euros sur ce contrat. Les fonds devaient être versés, sous l’autorité de Nicolas Sarkozy, via une société contrôlée par le ministère de l’intérieur, Civipol. La signature par Nicolas Sarkozy de ce contrat d’armement a été empêchée in extremis, en 2004, par Jacques Chirac, dont l’entourage évoquait l’existence d’un montage visant à financer le camp sarkozyste.

Revenir au sommaire : Les documents Takieddine

Document révélé le
24.08.2011

À lire

350 millions de commission pour un contrat

Cet échéancier, adossé au contrat signé entre Civipol et une société offshore domiciliée à Gibraltar, la Blue Planet Limited, donne le détail des versements que devait effectuer Civipol. Au total, 350 millions d’euros. Il s’agit en réalité de commissions sur le contrat Miksa. Ces sommes ne seront pas versées.

- Article lié : Les documents Takieddine. Sarkozy-Takieddine : un secret à 350 millions d’euros