L’affaire Wildenstein

L’histoire commence le 23 octobre 2001, quand décède, après dix jours de coma, Daniel Wildenstein, le plus célèbre collectionneur et marchand d’art du XXe siècle. Pour sa veuve, Sylvia, c’est à l’époque un double choc, affectif d’abord, mais ensuite aussi financier, parce que les enfants que son mari a eus d’un premier mariage, Guy et Alec, lui apprennent assez vite qu’il n’a pas laissé derrière lui, comme elle le pensait, une immense fortune mais qu’il est mort ruiné. De nombreuses opérations financières ont été engagées au nom de Daniel Wildenstein pendant les dix jours qui ont précédé sa mort et alors qu’il était dans le coma. Il est ainsi procédé le 19 octobre 2001, quatre jours avant son décès, à la vente de 69 chevaux de pur-sang lui appartenant au profit de la société Ecurie Wildenstein, dans laquelle Guy et Alec sont seuls associés avec leur père. Mais Sylvia Wildenstein finit par avoir des soupçons. Epaulée par une avocate, Claude Dumont-Beghi, elle comprend progressivement qu’elle n’aurait jamais dû renoncer à sa part de la succession. Et elle découvrira que son mari était en fait toujours à la tête d’une colossale fortune, constituée de toiles de maître, de biens immobiliers aussi innombrables que luxueux, de chevaux de course.

Document révélé le
12.09.2010

À lire

Courrier de l’avocate de Sylvia Wildenstein à Baroin (06/07/10)

Le 6 juillet 2010, l’avocate repart à la charge. Et se prenant à penser que François Baroin, qui a succédé à Eric Woerth au ministère du budget, ne connaît peut-être pas tous les secrets de l’affaire Wildenstein, elle lui écrit une lettre très circonstanciée, lui expliquant tous les méandres de l’affaire et attirant son attention sur la présomption de grave fraude fiscale.

Article lié :
- Wildenstein : Bercy ferme les yeux sur une vaste fraude fiscale
- Affaire Wildenstein : une plainte embarrasse Woerth et Baroin

Document révélé le
12.09.2010

À lire

Courrier de l’avocate de Sylvia Wildenstein à Woerth (12/06/09)

Me Claude Dumont-Beghi, l’avocate de Sylvia Wildenstein, écrit au ministre du budget de l’époque, Eric Woerth, pour l’informer de ces trouvailles, qui contreviennent au droit fiscal français. Dans ce courrier en date du 12 juin 2009, elle informe le ministre de ce qu’elle a découvert et lui signale qu’elle a, au préalable, transmis toutes les pièces dont elle dispose à ses services.

Article lié :
- Wildenstein : Bercy ferme les yeux sur une vaste fraude fiscale
- Affaire Wildenstein : une plainte embarrasse Woerth et Baroin

Document révélé le
10.09.2010

À lire

La caverne d’Ali Baba de DeltaTrust

Parmi les tableaux qui ont été logés dans le DeltaTrust figurent comme s’il en pleuvait des œuvres de Bonnard, de Courbet, de Fragonard, de Picasso, et de bien d’autres encore...

Articles liés :
- L’affaire Wildenstein rebondit
- Wildenstein : Bercy ferme les yeux sur une vaste fraude fiscale
- Affaire Wildenstein : une plainte embarrasse Woerth et Baroin

Document révélé le
10.09.2010

À lire

Où le SonsTrust apparaît

Après le décès d’Alec Wildenstein, en 2008, sa veuve, Lioubov Wildenstein, révèle des documents, qui font apparaître l’existence deux autres trusts. Ce document parle de SonsTrust. SonsTrust est installée sur l’île de Guernesey. Les deux bénéficiaires sont Guy et Alec, les fils du collectionneur.

Articles liés :
- L’affaire Wildenstein rebondit
- Wildenstein : Bercy ferme les yeux sur une vaste fraude fiscale
- Affaire Wildenstein : une plainte embarrasse Woerth et Baroin

Document révélé le
10.09.2010

À lire

Où DeltaTrust apparaît

Après le décès d’Alec Wildenstein, en 2008, sa veuve, Lioubov Wildenstein, révèle des documents, qui font apparaître l’existence deux autres trusts. Le premier document parle de DeltaTrust. DeltaTrust est installée aux îles Caïman. Les deux bénéficiaires sont Guy et Alec, les fils du collectionneur.

Articles liés :
- L’affaire Wildenstein rebondit
- Wildenstein : Bercy ferme les yeux sur une vaste fraude fiscale
- Affaire Wildenstein : une plainte embarrasse Woerth et Baroin