Le compte suisse de Jérôme Cahuzac

Après quatre mois de démentis acharnés, l’ancien ministre du budget est passé aux aveux devant les juges dans l’affaire de son compte suisse le 2 avril 2013. Notre enquête a permis de montrer que Jérôme Cahuzac possédait un compte en suisse depuis les années 90. Mais pas seulement. Voici les principaux documents qui ont appuyé nos investigations.

Document révélé le
03.04.2013

Les débuts de Cahuzac conseiller des laboratoires

En 1992-1993, avant même de créer sa société Cahuzac Conseil, l’ancien ministre du budget s’était mis au service des laboratoires pharmaceutiques. Juste après avoir quitté le cabinet Evin, où il était en charge du médicament. Dès l’exercice 1992-1993, il apparaît comme ayant touché de l’argent de la société PR International, dirigée par son ami Daniel Vial, super lobbyiste des laboratoires pharmaceutiques auprès des pouvoirs publics, qui travaillait à l’époque pour Servier, Glaxo, Innothera, Bayer et bien d’autres... Entre le 1er septembre 1992 et le 31 août 1993, d’après des comptes de la société PR que Mediapart s’est procurés, on découvre que le socialiste figure en son nom propre parmi les « fournisseurs », à hauteur de 29 650 francs.

Document révélé le
08.02.2013

Les vérifications fiscales visant Jérôme Cahuzac

Le ministre du budget, déjà visé par une enquête judiciaire pour « blanchiment de fraude fiscale », a-t-il truqué ses déclarations de patrimoine ? Sa propre administration se le demande. Mediapart publie un document qui prouve que le fisc a engagé des vérifications approfondies sur les déclarations d’impôt sur la fortune du ministre, dont la sincérité pourrait être remise en cause.

Document révélé le
05.12.2012

Compte suisse : l’aveu enregistré de Jérôme Cahuzac

Face aux démentis répétés du ministre du budget après nos révélations sur son compte suisse, Mediapart dévoile un enregistrement datant de la fin de l’année 2000 dans lequel Jérôme Cahuzac, alors député, évoque avec un chargé d’affaires son compte caché. « Moi, ce qui m’embête, c’est que j’ai toujours un compte ouvert à l’UBS », affirme le futur ministre du budget.