Les documents Takieddine

Depuis la mi-juillet 2011, Mediapart a commencé la publication d’une vaste enquête sur le marchand d’armes Ziad Takieddine, principal suspect dans le volet financier de l’affaire Karachi (voir notre dossier sur Frenchleaks, et notre webdocumentaire sur Mediapart). A partir du milieu des années 1990, sous le gouvernement Balladur, puis grâce à sa proximité avec Nicolas Sarkozy, il doit sa fortune essentiellement à des commissions touchées dans le cadre de contrats internationaux. Les milliers de documents obtenus par Mediapart jettent une lumière crue sur les relations que celui-ci entretient avec le clan Sarkozy. Ziad Takieddine se trouve ainsi au coeur du rapprochement de la France avec la Libye de Kadhafi et avec la Syrie de Bachar el-Assad, et ce jusqu’aux révolutions arabes de 2011.

1. Takieddine et ses amis
Plusieurs photos inédites attestent de liens jusqu’ici insoupçonnés, pour certains cachés, de l’homme d’affaires franco-libanais avec le premier cercle du chef de l’État.

2. Une fortune bien à l’abri
Ziad Takieddine doit sa fortune à des commissions occultes touchées dans le cadre des contrats Agosta et Sawari négociés sous le gouvernement Balladur : 130 millions de dollars de commissions. Fortune faite, le millionnaire mène grand train, tant en France qu’à l’étranger. Mais, par le jeu de sociétés et de comptes off-shore, il ne paie aucun impôt en France.

3. Un protégé de la DGSE
Le marchand d’armes n’a pas seulement des relations très privilégiées avec des hommes politiques du clan Sarkozy, il a aussi réussi à s’attirer les bonnes grâces des services secrets.

4. L’Arabie saoudite / Le projet Miksa
Estimé à 7 milliards d’euros, le contrat « Saudi Border Guards Developpment Project », nom de code Miksa, avait pour objectif de sécuriser les frontières d’Arabie saoudite. Ziad Takieddine devait toucher en 2003 des commissions occultes d’un montant de 350 millions d’euros sur ce contrat.

5. La Libye : Takieddine l’émissaire secret (2005-2009)
En 2005, à cause de l’intervention de Jacques Chirac, le clan Sarkozy a perdu tout espoir de signer le projet Miksa. Il se tourne alors vers la Libye de Mouammar Kadhafi. A la clé : des contratst dans l’armement, dans l’énergie.

6. Takieddine et Total en Libye
Ziad Takieddine a reçu près de 7 millions d’euros du géant pétrolier français Total, « avec l’appui de l’Elysée », « en marge d’un contrat gazier conclu avec le régime libyen ».

7. La Syrie, terre de diplomatie occulte (2007-2009)
Ziad Takieddine a été, entre 2007 et 2009, l’homme-orchestre du rapprochement entre la France et la Syrie et l’introducteur du président français auprès du chef de l’Etat syrien.

8. Gouvernement Balladur : le dossier de la corruption
Mediapart révèle le dossier « secret défense » des ventes d’armes du gouvernement Balladur à l’Arabie saoudite au cœur de l’enquête du juge Van Ruymbeke dans le volet financier de l’affaire Karachi. Un courrier d’avocat évoque des versements d’argent occulte à Léotard. Le marchand d’armes Takieddine devait encaisser 213 millions d’euros.