Une note de 1998 affirme que l’Etat savait « à peu près tout » sur la mort des moines

Document révélé le
30.03.2011

Le juge antiterroriste Marc Trévidic, qui enquête sur les assassinats de sept religieux français en 1996 en Algérie, a obtenu ces derniers jours la transmission d’une note déclassifiée du général Rondot. Dès 1998, est-il écrit, « on sait à peu près tout sur les circonstances de l’enlèvement, de l’exécution et de la récupération des corps des moines ».

Article lié :
- Moines de Tibéhirine : l’Etat français savait « à peu près tout » dès 1998

Image