Une note du général Rondot accablante pour le juge Bruguière

Document révélé le
07.04.2011

Classé « confidentiel défense », le document est daté du 23 mars 2004. Il est adressé à la ministre de la défense de l’époque, Michèle Alliot-Marie. Il s’agit d’une note officielle signée par le général Philippe Rondot, alors rattaché au cabinet de la ministre, qui affirme qu’un « entretien » a été organisé, le 23 janvier 2004, entre le militaire, le juge Bruguière et le patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST, aujourd’hui DCRI) pour « préparer notre dossier, du côté français » dans l’affaire des moines de Tibéhirine. A l’époque, le juge Bruguière n’est pas encore saisi du dossier...

Article lié :
- Tibéhirine : les arrangements cachés qui font scandale

Pour voir cette page, vous avez besoin du greffon Adobe Flash Player v10 ou ultérieure.
To view this page ensure that Adobe Flash Player version 10 or greater is installed.

Vous pouvez aussi tout simplement télécharger le pdf : LETTRE-RONDOT.pdf (40.5 ko)